Nous utilisons de petits fichiers nommés « cookies ». Ils nous permettent de faire fonctionner certaines fonctionnalités du site, pour vous offrir une expérience améliorée ou des redirections pertinentes. En poursuivant votre navigation, vous acceptez les termes d'utilisation du site. Lire notre politique de confidentialité. J'accepte
Je refuse
31/01/2022

Angers à la première place du Top 500 des « villes où l’on vit le mieux »

Angers vient de décrocher la première place du Top 500 des « villes où l’on vit le mieux » publié ce 30 janvier par Le Journal du Dimanche.

Selon le classement de l'Association des villes et villages de France où il fait bon vivre, Angers détrône Annecy cette année.


Longtemps, la ville d'Angers fut qualifiée d'endormie. Si la réputation des habitants pour leur calme au volant se confirme – ils klaxonnent peu, voire jamais, et s'arrêtent à tous les passages piétons –, la métropole est loin d'endormir ceux qui souhaitent la rejoindre pour y vivre. Pour preuve, le chef-lieu de Maine-et-Loire est la ville qui connaît la plus forte attractivité immobilière selon le classement de l'Association des villes et villages de France où il fait bon vivre . C'est ce nouveau critère qui lui permet de prendre – de justesse – la place d'Annecy. "Angers fait partie des communes ayant connu les plus fortes évolutions de prix tout en les maintenant à un niveau relativement accessible, note l'association. Dans le top 3, seule ­Angers garde un prix au mètre carré en deçà des 4.000 euros, à 3.269 euros."

La première commune verte de France

Le maire de la commune, ­Christophe Béchu (parti Horizons), constate cette attractivité : "Nous gagnons beaucoup d'habitants chaque année. L'année dernière, 1.400 personnes sont arrivées." Ce qui porte à 156.000 le nombre d'Angevins. Depuis quelques années, la ville, située à une heure trente de la capitale en TGV, attire notamment les Parisiens. C'est le cas de Juliette, 40 ans, installée en Maine-et-Loire depuis quatre ans. "J'en avais assez des loyers affolants de Paris et du temps perdu dans les transports", confie-t‑elle. Elle se réjouit en promenant son chien dans le parc Balzac, un jardin à la longue promenade qui longe la Maine : "Angers, c'est une ville à la campagne, il y a de la nature quel que soit l'endroit." Un tiers du territoire est végétalisé, ce qui en fait la première commune verte de France selon l'Observatoire des villes vertes.

Si la ville conserve autant d'espaces verts, c'est parce que la mairie a fait le choix de ne pas densifier à tout-va pour conserver sa taille humaine. Mais cette décision limite l'offre de logements, qui a du mal à suivre la demande. "La pression sur le marché immobilier est même un peu trop forte, note Christophe Béchu, c'est spectaculaire." A Angers, les maisons sont encore nombreuses, notamment les angevines, ces habitations en tuffeau et aux hauts plafonds que l'on retrouve notamment à la Doutre, un quartier central aux allures de petit village de 500 âmes, aux routes pavées et aux rues étroites.

L'attractivité augmente, les prix de l'immobilier aussi

Ces habitations sont victimes de leur succès. "Il y en a très peu de disponibles aujourd'hui, constate Antoine Charpentier, agent immobilier. Une maison de ce genre se vendait 220.000 euros il y a six ans. Aujourd'hui, elle en vaut 100.000 de plus." Olivia, propriétaire depuis 2008, a eu la chance d'acheter à un prix encore accessible, qui plus est à proximité d'une des plus belles rues de la ville : l'avenue Jeanne-d'Arc, entièrement piétonne et bordée d'une pelouse verdoyante et d'arbres parfaitement taillés. "Avec les prix actuels, reconnaît-elle, on n'aurait pas pu acheter une telle maison." Pour Antoine Charpentier, l'augmentation des prix a "éloigné du centre les Angevins, qui se retrouvent en périphérie".

Afin de rapprocher les quartiers éloignés, la mairie a investi dans une ligne de tramway traversant la ville du nord au sud. En quinze minutes, les habitants du quartier excentré de la Roseraie peuvent se rendre sur la place du Ralliement pour prendre un café en terrasse, sous le soleil et la désormais célèbre douceur angevine. Deux nouvelles lignes seront mises en service en décembre. 

"Il faut trouver des leviers pour que l'attractivité du territoire ne nuise pas aux habitants actuels"

"Nous proposons de rendre les transports gratuits le week-end, ­annonce Silvia Camara Tombini, élue du groupe d'opposition de gauche Aimer Angers. Car il faut agir sur la qualité de l'air, assez ­médiocre [Selon Air Pays de la Loire, en 2021, elle n'a été bonne que pendant trois jours]." Autre attente de l'élue : "Classer la ville en zone tendue pour encadrer les loyers ou majorer la taxe d'habitation des résidences secondaires." Selon elle, "il faut trouver des leviers pour que l'attractivité du territoire ne nuise pas aux habitants actuels tout en restant accueillant avec les nouveaux arrivants."


Une ville étudiante

Dans le quartier de Belle-Beille, les véhicules de chantier s'affairent pour tracer le nouveau cheminement du tram. La zone est réputée pour son campus universitaire et ses nombreux établissements de formation supérieure. Avec 43.000 étudiants, la ville fait partie des communes françaises les plus attractives auprès des jeunes. "Même si c'est une plus petite ville que Nantes, il y a plein de choses à faire lorsque l'on est étudiant", soulignent Agathe, Lisa et Sabrina, arrivées en septembre pour leur master de droit privé à l'université ­d'Angers. "On se sent beaucoup plus en sécurité qu'à Nantes", complètent Antoine et Élisabeth, en licence de sociologie. La cité de l'Anjou a pu souffrir de la comparaison avec sa voisine, mais elle a finalement su attirer les plus jeunes, qui ont contribué à l'attractivité ­immobilière de la commune. "La ville a gagné 13.000 étudiants en dix ans, précise Antoine Charpentier. On est en manque de petites surfaces pour les loger. Les quelques constructions à Angers concernent principalement des logements étudiants."

Hors résidences étudiantes, les travaux se concentrent autour de la gare TGV Saint-Laud, où un quartier d'affaires sort de terre. Les entreprises sont elles aussi de plus en plus nombreuses à vouloir s'installer dans la capitale de Maine-et-Loire. C'est le cas de Pony, seul acteur français proposant des trottinettes électriques et vélos en libre-service, qui a choisi Angers en 2017 pour développer son activité. Aujourd'hui, ses deux-roues bleus peuplent les rues et participent au calme des routes angevines.


12/01/2022

Angers est la ville la moins stressante de France selon le Figaro

Angers est la ville la moins stressante de France. Elle arrive en effet en tête du classement des 20 plus grandes villes de France devant sa voisine Le Mans,

Comment Angers est devenue la ville la plus attractive de France

Viennent ensuite Reims, Grenoble, Rennes, Nice, Toulon, Clermont-Ferrand, Nantes et Dijon. Les deux dernières places du Top 20 sont occupées par Lyon et Paris.

Angers obtient l’excellente note générale de 14,69 sur 20, ravissant de peu la première place au Mans (14,56).

Afin d’établir ce classement, le journal a en effet pris en compte différents critères qui vont de la densité de la population au bruit de la circulation routière en passant par le taux d’ensoleillement.

Parmi les critères qui expliquent l’excellente place d’Angers, on trouve notamment la qualité et la facilité d’accès aux services, le temps perdu dans les bouchons (même si l’on circule moins bien avec les travaux du tramway) ou encore le taux de la population surexposée au bruit lié au trafic routier.

Bref, à en croire ce palmarès du Figaro, la célèbre « douceur angevine » ne vaut pas seulement pour la météo, mais aussi pour la qualité de vie à Angers qui est aussi régulièrement citée comme étant la " ville la plus verte de France".


04/12/2021

Les Français toujours satisfaits de leur agent immobilier

Acheter, vendre ou louer un bien immobilier n’est pas de tout repos ! Heureusement, les Français peuvent compter sur leur agent immobilier pour les accompagner dans cette démarche. Selon le 6e baromètre de la satisfaction client dans l’immobilier publié le 29 novembre dernier par IFOP pour Opinion System, la confiance envers cette profession perdure. Depuis deux ans, les agents immobiliers obtiennent une opinion favorable et recueillent une note de 7,3/10. Les professionnels qui se sont engagés dans une démarche qualité frôlent la perfection avec une note de 9,4/10. Accueil (7,8/10), compétences (7,5/10), qualité du service (7,4/10) et suivi (7,2/10), tous les indicateurs sont en hausse ! Le maillon faible reste le rapport honoraires/services (6,7/10). Qui sont ces Français élogieux ? 46 % d’entre eux ont eu recours au service d’un agent immobilier pour un projet d’achat, 27 % pour vendre un bien et 16 % pour le louer. Pour trouver leur agent immobilier, ils sont 18 % à se fier aux recommandations d’un proche, 19 % à choisir parmi les enseignes visibles dans la rue, et 20 % à l'avoir trouvé sur les plateformes immobilières. Pour prendre leur décision, ils n’hésitent pas à consulter les avis des autres usagers. À bon entendeur !


07/05/2021

Redémarrage du marché immobilier : l’optimisme est de mise

Angers, tout en douceur : Idées week end Pays de la Loire - Routard.com

Le printemps tient ses promesses ! Malgré l’annonce fin mars d’un nouveau confinement, le regain d’activité traditionnellement observé sur le marché immobilier avec le retour des beaux jours n’a pas fait défaut. Ainsi, le mois d’avril a fait preuve d’une belle dynamique. 

- Un marché qui bouge avec les beaux jours

Aidés par les nouveaux outils mis en place par les professionnels de l’immobilier (signature électronique, dispositifs de prospection à distance…) depuis le début de la pandémie et par le maintien des visites, les porteurs de projet semblent en effet avoir mis de côté leurs réserves pour revenir en plus grand nombre sur le marchéAlors que la plupart des onze plus grandes villes de France comptaient autour de 5% d’acheteurs de plus que de vendeurs fin 2020, ce ratio a aujourd’hui quasiment doublé. Ce qui atteste d’une reconstitution certes lente mais bien réelle des stocks d’acquéreurs. Les principales communes concernées par ce regain sont Montpellier (10% d’acheteurs de plus que de vendeurs contre 4% en janvier), Rennes (9% contre 0%) ou encore Toulouse (12% contre 7%).

Mieux encore, si les acquéreurs se font moins discrets, ils se font aussi moins attentistes. Ainsi, pour la première fois depuis janvier, les délais de vente moyens reculent dans les grandes villes (-7 jours). A Marseille, par exemple, il faut 12 jours de moins qu’en début d’année (60 jours contre 72) pour concrétiser une transaction. Même constat à Nice, Nantes ou encore à Lille (-11 jours).

Conséquence : cela se reflète sur les prix (+0,2% au niveau national). Au point que la capitale et six des plus grandes métropoles de l’Hexagone repartent à la hausse (+0,6% à Marseille et Nantes, +0,5% à Lyon et +0,3% à Nice, Strasbourg, Lille et Paris).


14/04/2021

Angers 3 ème au Classement 2021 des villes et villages où il fait bon vivre

Le classement 2021  des Villes et villages où il fait bon vivre.

Un classement qui concerne les quelque 34 837 communes métropolitaines au travers de 183 critères (152 communaux et 31 départementaux) et s’appuie sur des données de l’Insee ou d’organismes étatiques, organisés en huit catégories : qualité de vie, sécurité, commerces et services, transports, santé, éducation, solidarité, sports et loisirs.
183 critères
Pour chaque critère, les communes recueillent des points en fonction d’une proportion (taux de chômage) ou d’une distance (éloignement de l’hôpital le plus proche).
Annecy (Haute-Savoie), Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) et Angers (Maine-et-Loire) pour les villes


07/03/2021

Le marché de l'immobilier à Angers

Angers, la capitale de l’Anjou aux multiples facettes

Avec 150 000 habitants recensés pour la commune seule et plus de 400 000 âmes au sein de son aire urbaine, Angers s’impose comme une ville majeure des Pays de la Loire et du département du Maine-et-Loire, dont elle constitue la préfecture historique. Ancienne capitale des ducs d’Anjou, la ville jouit d’un patrimoine architectural et culturel exceptionnel qui contribue à en faire une importante destination touristique. Outre le parc à thème Terra Botanica, la ville regorge de monuments historiques de l’époque médiévale ou renaissance. Angers continue à gagner régulièrement des nouveaux habitants et s’impose comme une ville attractive sur le plan immobilier.

La gare TGV permet de rejoindre Paris-Montparnasse en 1h30 environ. L’aéroport Angers Loire, à vingt-cinq kilomètres du centre-ville, affiche une activité modeste mais propose néanmoins chaque semaine quelques liaisons vers des destinations comme Nice, Toulouse et même Londres.

Le prix immobilier à Angers est toujours en forte hausse : + de 6 % en 1 an !

Le marché immobilier angevin affiche une belle dynamique. Sur l’année, le prix de l’immobilier à Angers progresse de 11 % pour atteindre 2 308 € du m².

Angers une ville très dynamique !

Immobilièrement parlant, la ruée vers l’ouest se confirme ! Particulièrement dynamique, le marché immobilier du Grand Ouest profite à plein de l’attractivité de villes telles que Nantes (+ 4 %), Rennes (+ 11,3 %), Brest (+ 2,1 %), Caen (+ 4,2 %), Limoges (+ 5,1 %), La Rochelle (+ 11,3 %), Orléans (+ 3,9 %), Tours (+ 2,9 %) ou encore Angers (+ 6,3 %). Surfant à la fois sur l’effet « LGV » (quelque 80 minutes suffisent désormais pour rallier Paris), sur une indéniable qualité de vie (la fameuse « douceur angevine » tant vantée par Joachim Du Bellay !) et sur des logements abordables (2 308 €/m²), Angers fait ainsi le plein d’acheteurs. Mais cette appétence pour la pierre angevine, si elle dynamise le marché, provoque également une montée du prix de l’immobilier entre les murs de celle que l’on surnomme l’Athènes de l’ouest. En un an, le prix immobilier à Angers enregistre ainsi une hausse de 11 %.

En France, pour un logement dans l’ancien, comptez 3 427 €/m².

À Angers, un appartement coûte 2 034 €/m², en moyenne.

L’attractivité dont jouit Angers impacte le prix de son immobilier en le tirant vers le haut. Mais si la préfecture du Maine-et-Loire, dans sa globalité, est clairement dans le viseur des candidats-acquéreurs, force est de constater qu’intra-muros, ce sont les quartiers de l’hyper-centre et de la Doutre qui font s’emballer la demande. Celle-ci y étant supérieure à l’offre disponible, les tarifs relevés dans ces secteurs (rue des Lices, rue Hoche, place de la Laiterie) évoluent dans la fourchette haute des prix immobiliers angevins. Quant au temps de réaction des acheteurs et à leur marge de négociation, elles détonent par leur ténuité.

En clair, si le bien que vous avez visité dans le centre-ville d’Angers ou dans le quartier de la Doutre affiche un bien en cohérence avec la réalité du marché immobilier, mieux vaut vous préparer à faire rapidement une offre au prix ! Sans quoi, d’autres pourraient le faire à votre place…

L’hyper-centre et la Doutre sont plébiscités par les acheteurs

L’attractivité dont jouit Angers impacte le prix de son immobilier en le tirant vers le haut. Mais si la préfecture du Maine-et-Loire, dans sa globalité, est clairement dans le viseur des candidats-acquéreurs, force est de constater qu’intra-muros, ce sont les quartiers de l’hyper-centre et de la Doutre qui font s’emballer la demande. Celle-ci y étant supérieure à l’offre disponible, les tarifs relevés dans ces secteurs (rue des Lices, rue Hoche, place de la Laiterie) évoluent dans la fourchette haute des prix immobiliers angevins. Quant au temps de réaction des acheteurs et à leur marge de négociation, elles détonent par leur ténuité.

En clair, si le bien que vous avez visité dans le centre-ville d’Angers ou dans le quartier de la Doutre affiche un bien en cohérence avec la réalité du marché immobilier, mieux vaut vous préparer à faire rapidement une offre au prix ! Sans quoi, d’autres pourraient le faire à votre place…

Les prix dans les communes autour d’Angers

Le quartier de la gare fait les yeux doux aux investisseurs

Qu’on se le dise, l’arrivée de la LGV a rebattu les cartes du marché immobilier hexagonal. Rien d’étonnant, donc, à ce que les investisseurs s’intéressent de très, très près au secteur de la gare d’Angers. Et pour cause, investir dans la pierre locative rue Éblé ou encore rue Marceau permet de cibler – notamment – des locataires qui travaillent à Paris mais qui vivent à Angers. Si les « navetteurs » voient leurs effectifs augmenter d’année en année, les étudiants qui sont nombreux à Angers (récemment élue à la 1ère place des villes où il fait bon étudier) constituent également une cible de choix pour les investisseurs. Moins cher que le centre-ville mais bien desservi par les transports en commun, le secteur le Belle-Beille, à proximité des écoles supérieures et des universités, offre de belles opportunités d’investissement locatif avec un bon rendement et un risque réduit de vacance locative. En revanche, et malgré des prix qui comptent parmi les plus bas de toute la ville, les secteurs de la Roseraie et Monplaisir semblent souffrir d’un déficit d’attractivité…

Beaucouzé, Bouchemaine… Un marché de report dynamique autour d’Angers

Bien qu’à Angers, le marché immobilier se caractérise par des prix accessibles, il n’est pas rare de voir des Angevins quitter leur ville au profit de sa périphérie. Les tarifs y sont moins élevés, il est plus facile d’y devenir propriétaire d’une maison et en optant pour une commune qui avoisine Angers, un ménage s’offrira la possibilité de profiter d’un jardin. Font partie de ce marché de report des communes comme Bouchemaine, Beaucouzé mais aussi Trélazé, Saint-Barthélémy-d’Anjou Les Ponts-de-Cé ou encore Avrillé.

 

Angers : la meilleure ville de France pour investir dans l’immobilier locatif !

Alors que le contexte actuel (loyers et prix au m² en hausse, taux d’emprunt au plus bas) se prête à l’investissement locatif, une ville apparaît comme y étant particulièrement propice : Angers.

Angers, la rentabilité locative nette atteint 5,8 %

Outre un taux de rentabilité nette de 5,8 %, la préfecture du Maine-et-Loire peut ainsi s’appuyer sur un prix de l’immobilier abordable.

En effet, le prix du m² à Angers se limite à 2 344 €. Cette ville peut également se prévaloir de bonnes perspectives d’évolution, aussi bien en termes de loyers que de plus-value à la revente.

Le prix au m² à la location à Angers est de 12 € – hors charges – et il progresse de

10,5 % sur 1 an.

Quant aux prix des logements, ils enregistrent 9 % de hausse sur l’année, ce qui laisse présager de belles plus-values.

Enfin, investir à Angers permet de minimiser le risque de vacance locative. Et pour cause, le délai moyen de location à 30 jours seulement pour un logement vide.

Le top 5 des villes où tous les signaux d’investissement sont au vert

À Angers, ciblez les biens immobiliers 2 pièces de 50 m² minimum

Pour optimiser le rendement de votre investissement, il est essentiel de réduire au maximum les risques de non-location du logement dont vous ferez l’acquisition en vue de le louer. Plus longue sera la période de transition séparant le départ d’un locataire de l’arrivée de son successeur – ou sa mise sur le marché de sa mise en location –, moins votre investissement sera rentable.

Pour limiter la vacance locative de votre bien immobilier, il est donc essentiel de vous assurer que celui-ci soit recherché par un maximum de locataires potentiels.

A Angers, ce sont les T2 qui sont prisés du plus grand nombre (42 % des recherches) et 24 % des requêtes locatives portent sur des biens dont la superficie oscille entre 50 et 74 m².

En termes de budget, cela représente un investissement de 117 200 € minimum.